Ainsi Emy devint une escorte et fut heureuse pour toujours

Je suis une travailleuse du sexe depuis neuf ans. Et c'est une des meilleures décisions que j'ai prise. J'ai toujours été curieuse de tout ce qui touchait à l'érotisme, au sexe, spécialement si c'était mal vu par la société. J'ai toujours adoré tout ce qui était en dehors de la norme. J'ai commencé par le téléphone rose. C'était très drôle, mais le salaire ne suivait pas et j'en ai vite fait le tour. Entre temps, j'avais assisté pour la première fois à un show de strip-tease. J'ai vu sur scène cette magnifique et puissante femme, et à ses pieds les hommes embarrassés mais charmés, et j'ai pensé : « D'après les médias, elles sont censées être de pauvres victimes. Mais cette femme, nue sur cette scène, n'a rien d'une victime, elle a au contraire tellement de pouvoir. Je veux être comme elle quand je serais grande ». Et je suis devenue comme elle.


Dessin : Ophelia L.

Ma première année à l'université, j'étais aussi une strip-teaseuse. Ma relation avec le strip mériterait un autre article, pour celui-ci je dirais juste que cela m'a ouvert la porte de l'escort. Je me demandais si je serais capable de sauter le pas, mais je pensais aussi : « Ecoute Emy, ce n'est pas comme si tu n'avais jamais couché avec un mec juste parce que tu étais bourrée, que tu avais juste envie de sexe ou que tu n'avais rien à faire de mieux. Mais cette fois tu seras payée pour ça ».

Une amie du club de strip-tease avait déjà été escorte, et m'a expliqué les bases, comme par exemple : « Rappelle-toi, c'est de l'argent rapide, pas de l'argent facile ». Mon premier boulot a été avec un client du club de strip-tease, un vieux et riche gentleman. Je me rappelle encore sortir de cet hôtel à 5h du matin, réalisant ce qui venait de se passer, vérifiant l'argent dans mon sac. J'ai mis mon casque pour écouter ma chanson favorite du moment, marchant dans la rue comme si j'étais une véritable reine. Je pensais quelque chose comme : « Oui, je viens d'être payée pour faire l'amour. Oui, très très bien payée. Et ce n'était même pas du si mauvais sexe. Emy, je suis heureuse d'être toi ». Et désolé, le cliché habituel n'a pas été de la partie, je n'ai pas pris de longue douche juste après. Je n'avais aucun péché à laver.

Peu de temps après, la merveilleuse personne qui est devenue ma meilleure amie devint escorte aussi, et nous avons vécu de nombreuses aventures ensemble. Nous avons loué un appartement pour recevoir des clients, nous avons travaillé dans un salon érotique en Suisse, et nous avons fait beaucoup de « duo » avec des clients. Quand l'une de nous arrêtait de bosser pour un temps (surtout elle), ou partait en voyage (surtout moi), elle laissait ses clients à l'autre. Comme nous disons toujours : « Comme ça, l'argent reste dans la famille ».


J'écrirais plus d'articles sur l'escort, il y a tellement à dire. Dans celui-ci, je veux juste donner le ton. Quand j'ai commencé, j'étais nerveuse à chaque fois que j'allais rencontrer un nouveau client. Je me rappelle de tous ces moments, juste avant de frapper à la porte de la chambre d'hôtel, me répétant que j'en étais capable. J'étais déjà très bonne pour faire la conversation, grâce à mon expérience en strip-tease, mais à l'époque je jouais vraiment un rôle, j'étais moins authentique. J'étais aussi émerveillée par l'argent. Avant les métiers du sexe, j'étais persuadée que je serais pauvre toute ma vie. Et soudainement, des liasses de billets me sautaient dans les bras, capotes usagée après capote usagée, c'était irréel. Donc j'aimais le pouvoir, j'aimais l'argent, et j'aimais aussi le sexe. Ce métier m'a donné tellement d'opportunités pour explorer le sexe, tellement de situations délicieusement inhabituelles : expériences BDSM, fétichisme des pieds, pisser dans la bouche de quelqu'un, plans à trois, échangisme, clubs libertins, jeux de rôles...

J'ai même développé un fantasme à propos de faire l'amour avec des personne qui sont supposées, selon la société, ne pas être attirantes : des personnes avec beaucoup de formes, ou âgées... Souvent, je regardais dans le miroir de la chambre d'hôtel, spécialement lorsque un homme rentrant dans cette « catégorie » me prenait en levrette, et je trouvais le tableau très intéressant. Je me trouvais sexy, et désolé pour eux, mais je riais aussi un peu des expressions faciales que faisait mon client.

Depuis que j'ai commencé ce métier, il y a six ans et demi, j'ai beaucoup travaillé sur moi, psychologiquement, et cela a affecté mon travail d'une manière très positive. Par exemple, même si j'aime toujours l'argent, surtout en espèce (spécialement quand je retrouve de l'argent que j'avais oublié dans un vieux sac... c'est une expérience tellement satisfaisante), je suis beaucoup plus apaisée au sujet d'en gagner ou pas. Je suis capable d'annuler un rendez-vous à 500 euros pour faire quelque chose d'autre à la place. La manière dont j'exerce mon métier est très sain pour moi car je ne sacrifie jamais ma vie personnelle pour lui, et parce qu'avant d'annuler une rencontre, ou d'en refuser une, je me demande vraiment si j'ai besoin de ne pas travailler, ou si je suis juste flemmarde.


J'ai aussi beaucoup travaillé sur les relations entre hommes et femmes, sur le consentement, la communication, l’honnêteté,... Les résultats sont que je travaille différemment, et que mes clients sont différents, dans le sens qu'ils sont beaucoup « mieux ». J'ai des clients au sujet de qui je voudrais écrire des poèmes. Ils sont des êtres humains adorables, intéressants, fragiles mais intelligents, qui essayent d'apprendre comment être des hommes meilleurs, et je les respecte pour ça.

J'ai aussi de mauvais ou ennuyants souvenirs à propos de l'escort. Comme dans tout autre jobs, certains jours craignent au bureau (ou à la chambre d'hôtel, ou au club libertin...). Mais j'ai tellement de bons souvenirs, et je suis reconnaissante pour tous. Je me rappelle de ce jeune en fauteuil roulant, qui était vierge, et j'ai tenté de lui offrir une première expérience douce, naturelle et éducative. Il jouait au foot fauteuil, et je suis montée sur ses genoux, sur son fauteuil le plus rapide, pour qu'il me raccompagne au métro. Il m'a ensuite écrit pour me dire que ça avait été la première fois qu'il avait eu l'impression qu'une femme le considérait comme un homme « normal », et pas comme un handicapé. J'ai très sûrement versé une larme tellement j'étais touchée. Un autre client était très amoureux de moi, et un jour je lui parle de méditation. Il s'y met, décide de changer toute sa vie, quitte son boulot de commercial pour devenir sophrologue, et lors de nos dernières rencontres pour la nuit je le suis dans sa routine, méditant avec lui le soir et le matin.

Et j'ai encore pleins d'autres histoires. Mais à l'époque où j'ai commencé, je ne pouvais pas les raconter à grand monde. Le stigma des travailleu(r)ses du sexe est terrible, et il y a tellement de préjugés à défaire avant de pouvoir réellement discuter... Ce n'est pas facile. Mais j'ai fait de nombreux « coming out » ces dernières années, maintenant toutes les personnes à qui je tiens, même un tout petit peu, connaissent mon métier et le respectent.


Je suis une... J'essaye de traduire «I'm a happy slut », mais « slut » semble moins négatif que son équivalent en français, « salope ». Alors je dirais plutôt que je suis une très heureuse personne ayant beaucoup de partenaires sexuels et aimant des pratiques sexuelles originales. Je suis heureuse de ma sexualité, heureuse d'offrir de l'empathie, de l'attention, une réelle écoute, des câlins, et je suis très forte pour faire respecter mes limites avec douceur. L'escort n'est pas un travail facile, mais c'est un travail qui a une grande valeur pour moi.


Merci de me lire,


Emy Phoenix


Dans mes articles, je fais beaucoup d'affirmations. C'est difficile pour moi car en tant qu'ancienne étudiante en philosophie, je voudrais expliquer en détail ma pensée et donner des arguments solides, mais cela ne convient pas au court format de ces articles. Je voudrais juste préciser que je ne prétend pas dire une vérité générale, juste ma propre vérité à ce moment précis de ma vie, qui va changer et évoluer au fil du temps.

2 views0 comments

Recent Posts

See All